Au dernier jour de la campagne présidentielle, dans une interview publiée le vendredi 5 mai au quotidien “Corriere della Serra”, elle a insulté son ancien adversaire François Fillon du parti Les Républicains, en le traitant de “merde”.

Le journaliste raconte, la candidate tient alors un verre de champagne à la main, et il l’interroge: “François Fillon a appelé à voter pour votre adversaire (Emmanuel Macron), il a parlé de la ‘violence et de l’intolérance du Front National’. Pourquoi?” Et après d’une hésitation, la chef de le parti de l’extrême droite française semble chercher ses mots. Le journaliste rapporte qu’elle “explose”: “Parce que ce sont des merde, je suis désolée, mais aucun autre terme ne me vient à l’esprit”.

La députée européene revient aussi longuement sur son concurrent d’En Marche!, et elle a dit: “Il est froid, rigide, cynique”.

Pour autre part, le journaliste italien, maintient sa version.
“Il ne s’agissait pas d’un entretien formel, officiel. Elle m’a dit que si je voulais parler avec elle après son meeting, je devais la rejoindre à la mairie”, il a expliqué. “Je n’ai pas enregistré notre entretien. Mas j’ai écrit exactement tout ce qu’elle m’a dit”, et il précise que l’insulte s’adresse à François Fillon spécifiquement. “Quand elle parle ‘des merdes’, elle s’adresse à Fillon, pas à ses électeurs, ni à Macron, même si le pluriel peut paraître bizarre. Mais je ne suis pas non plus dans sa tête”.

Comments

comments

Deje su respuesta

  • (not be published)